Le Shiatsu

Le shiatsu

La technique du shiatsu

Elle consiste en pressions douces et répétées ou plus soutenues, aspirantes, étalées ou concentrées. Les modulations de cette pression peuvent aller d’une extrême légèreté à une grande force et varient selon les régions du corps et l’état du sujet.
La technique, assez violente au Japon, est effectuée plus doucement en Occident. Elle permet de faire céder les tensions, les contractures et procure une sensation de détente et d’énergie.

Origine du Shiatsu

Le shiatsu est issu d’une médecine japonaise millénaire proche de la médecine traditionnelle Chinoise qui consiste à stimuler les points d’acupuncture, non pas à l’aide d’aiguilles, mais avec les pouces, les doigts et les mains. 

Notre corps est parcouru par douze lignes essentielles ou méridiens, le long desquelles circule notre énergie vitale. Lorsqu’une personne est en bonne santé, cette énergie circule harmonieusement.
Dès qu’un dérèglement se produit, la santé s’en ressent.

Pour agir sur ces dérèglements , on active des points spécifiques appelés « tsubos », lieux de rencontre des vaisseaux sanguins, lymphatiques et des glandes du système endocrinien.
Ces points sont situés le long des méridiens, et chacun correspond à un organe. « La stimulation digitale de ces points apporte ou retire de l’énergie à l’organe auquel il est relié et rétablit l’harmonie perdue », précise le spécialiste.

En restaurant la bonne circulation de l’énergie, le shiatsu libère des tensions, corrige des troubles intérieurs, soulage une douleur.

Traditionnellement, le shiatsu se pratique à travers les vêtements, au sol sur un futon (sorte de matelas japonais) mais il peut être effectué sur table si besoin.


NOTION DE TRAITEMENT EN SHIATSU

En médecine orientale,  la notion de syndrome est essentielle et dépasse la notion de maladie.  Ne dit-on  pas « un symptôme,  vingt causes, une cause, vingt symptômes.»

ltsuo Tsuda nous éclaire à ce propos en nous disant que la science est une science de la généralité, un moyen  statistique d’observation d’une  grande  population.

La médecine orientale,  et donc le shiatsu,  sont des sciences du « particulier »  et chaque  personne est un personnage unique, qui réagit à sa propre manière aux stimuli de l’environnement.

Ses réactions  face à tel problème  seront uniques  et les symptômes rencontrés ne seront pas les mêmes sur deux personnes face à une même stimulation.

Le rôle du praticien sera de détecter selon les techniques de bilan énergétique du Shiatsu (diagnostique chez les médecins allopathique)  les organes ou circuits (méridiens) atteints.

Le Shiatsu ne traite pas un symptôme mais la cause d’un dysfonctionnement.Dans bien des cas, le traitement shiatsu associé  à des conseils  alimentaires ou des mouvements de santé  suffisent pour apporter  une amélioration.
Bien évidemment , il est obligatoire de poursuivre un traitement médical en cours et de demander conseil à votre médecin traitant.

Texte inspiré de : Kenko Shiatsu traditionnel. Hervé Eugène